Mis à jour le 13/03/2024

Dans la première partie de cet article,  nous vous donnions les 5 points essentiels à définir avant même de vous lancer à rechercher un terrain. Vous avez donc normalement convenu de :

  • votre rayon de recherche (en temps de trajet ou en kilomètres, depuis un point X)
  • la surface terrain dont vous aurez besoin
  • le type de terrain que vous cherchez : lotissement et/ou terrain en diffus
  • le prix que vous êtes prêt(e) à mettre dans ce terrain
  • le/les moyens pour le(s)quel(s) vous avez opté pour vos recherches

Maintenant que vous êtes armé(e), vous allez pouvoir démarrer votre prospection de façon efficace. Suivez les conseils qui vont suivre, ces derniers vous aideront non pas à rechercher un terrain adéquat mais à trouver le terrain qui est fait pour vous.

Assurez-vous que le terrain est constructible et libre de tout constructeur

Le premier élément à considérer est la constructibilité du terrain. Même s’il se situe dans votre zone de recherche, correspond à vos critères de surface et rentre dans votre budget, s’il n’est pas constructible, il sera inutile. Comme mentionné précédemment, un terrain en lotissement est généralement constructible par défaut, mais pour un terrain en diffus, il est important de s’en assurer. Optez également pour un terrain libre de tout constructeur. Bien que cela soit plus courant dans les lotissements, il est possible qu’un constructeur soit imposé sur n’importe quel terrain. De plus, notez que si un constructeur est imposé, vous ne pourrez construire qu’en VEFA, et non en CCMI, perdant ainsi les nombreux avantages de ce dernier type de contrat de construction. Il est préférable de choisir librement à la fois le terrain et le constructeur pour votre projet de construction.

Vérifiez si le terrain est viabilisé/raccordé de façon qualitative

Un terrain viabilisé est raccordé aux différents réseaux tels que l’eau, l’électricité, le gaz, le téléphone et internet. Si le terrain n’est pas viabilisé, les frais de raccordement à ces réseaux seront à votre charge. En plus de vérifier la qualité des raccordements, assurez-vous de la qualité des services. Quelle est la qualité de l’eau et du réseau électrique dans la commune où se trouve le terrain ? Pouvez-vous accéder au gaz si nécessaire ? La qualité de la connexion internet est-elle satisfaisante ? Disposez-vous d’une bonne couverture réseau pour vos téléphones mobiles ? Ce sont autant de questions auxquelles vous devez répondre.

Pensez à vous assurer de la faisabilité de votre projet sur ce terrain

Rechercher un terrain implique de s’assurer qu’il convient à votre projet. Pour chaque terrain envisagé, demandez le certificat d’urbanisme à la mairie. Les règles d’urbanisme varient d’une commune à l’autre, ce qui peut restreindre les possibilités de construction en termes de style architectural, de surface constructible, de hauteur de construction ou même de type de toiture. Il serait regrettable d’acquérir un terrain parfait mais de ne pas pouvoir y construire la maison de vos rêves. Le certificat d’urbanisme vous informera également sur l’état de constructibilité du terrain, notamment s’il est situé dans une zone à risque ou protégée, ce qui pourrait imposer des règles d’urbanisme plus strictes.

Vérifier les conditions du terrain et du sous-sol (topologie du terrain)

Plus la forme du terrain est simple (de type carré) et plat, plus la construction sera simplifiée (ce qui signifie des délais et des coûts plus maîtrisés).

La construction bénéficiera de simplifications lorsque le terrain présente une forme simple comme un carré et une topographie plate. Rechercher un terrain en pente peut avoir ses avantages, comme une vue plus dégagée ou la possibilité d’aménagements originaux, mais cela rendra la construction plus complexe. Elle pourrait nécessiter des travaux de fondation et de terrassement qui ne seraient pas requis sur un terrain plat.

Pensez également à vous renseigner sur la nature du sous-sol dès le début de votre recherche de terrain.

Il existe des bons et des mauvais terrains en fonction de la composition du sol. Les mauvais terrains, constitués d’argile, de remblais ou de limon, présentent des risques tels que les inondations ou les glissements de terrain, contrairement aux sols rocheux qui sont plus stables. Pour évaluer les risques potentiels de votre terrain, demandez le Plan de Prévention des Risques Naturels en mairie. Il vous informera sur la classification de votre terrain et sur les risques naturels éventuels, comme les inondations ou les glissements/tassements de terrain.

La loi Elan rend désormais obligatoire l’étude de sol dans les zones argileuses.

Dorénavant, le vendeur du terrain doit fournir cette étude géotechnique et l’annexer à la promesse de vente. Ce document doit être transmis au constructeur avant la signature du CCMI, lui permettant ainsi de déterminer les fondations appropriées et d’établir précisément le prix de la maison. Cette mesure sécurise le processus de construction.

Enfin, dans les « conditions du terrain », assurez-vous du potentiel bioclimatique.

Étant donné l’importance croissante des préoccupations environnementales dans la construction, observez les caractéristiques environnantes pour évaluer le potentiel bioclimatique du terrain. Analysez les éléments tels que l’exposition au soleil, la présence de forêts ou de bâtiments élevés à proximité, ainsi que les vents dominants, qui peuvent influencer les coûts d’isolation et de chauffage.

Scrutez les environs, pour votre confort de vie actuel et pour vos besoins futurs

L’environnement dans lequel votre terrain s’inscrit revêt une importance primordiale, car votre vie ne se limitera pas à l’intérieur de votre maison.

Assurez-vous d’avoir à proximité les commodités nécessaires telles que supermarché, boulangerie, école, poste, etc. Anticipez vos besoins actuels et futurs. Prendre cela en considération avant de rechercher un terrain peut vous éviter un déménagement à l’avenir.

Soyez également vigilant aux nuisances sonores environnantes telles que les bruits de voisinage, la proximité d’axes routiers, de commerces, d’un couloir aérien ou de voies ferrées. Ces éléments pourraient vous faire regretter le choix d’un terrain. Interrogez le voisinage pour anticiper ce qui vous attend.

Enfin, assurez-vous également que votre terrain, ou au moins la commune dans laquelle il se situe, est bien desservi.

Votre terrain doit souvent se trouver dans un rayon kilométrique autour d’un point de référence tel que votre lieu de travail, par exemple. Selon son accessibilité via les axes routiers, les gares ou le réseau de bus, il pourrait ne pas vous convenir, même s’il est dans le rayon initialement défini.

Pensez à l’ « après » construction et à la revente

En plus du seul certificat d’urbanisme, pensez à demander le plan local d’urbanisme en mairie. C’est lui qui vous indiquera si, par exemple, sur les terrains autour de celui que vous avez repéré il est/sera possible ou non de construire des immeubles ou des usines. De cette façon vous vous éviterez des mauvaises surprises une fois que votre maison sera construite et cela vous assurera non seulement votre propre confort, mais aussi un coût de revente mieux maîtrisé si vous revendez. Pensez à une éventuelle revente un jour, on ne sait jamais. Du coup ne faites pas n’importe quelles concessions au moment de rechercher un terrain (si vous devez en faire), car ce que vous vous êtes prêt(e) à accepter, d’autres ne le seront peut-être pas.

Renseignez-vous sur les taxes locales

Les taxes locales varient d’une commune à l’autre.

Avant d’acheter un terrain, recherchez les niveaux de taxe foncière et de taxe d’habitation auxquels vous serez confronté(e). Vous devrez les payer chaque année, donc ne négligez pas ce critère dans votre choix de terrain si ces taxes sont plus ou moins importantes à tel ou tel endroit.

Il en va de même pour la taxe d’aménagement présentée précédemment.

Elle se compose de plusieurs parties, dont chacune est destinée respectivement au département et à la commune où se situe votre terrain (part régionale uniquement si le bien taxé est situé en Île-de-France). Le code de l’urbanisme prévoit plusieurs exonérations. De plus, les communes, les départements et les régions peuvent également instituer des situations exonératrices pour leur part.

En dehors de la taxe d’aménagement, les nouvelles résidences bénéficient systématiquement d’une exonération de taxes pendant la première année.

Les variations des taxes peuvent donc impacter votre coût global de construction.

Renseignez-vous auprès du service des impôts fonciers ou des collectivités locales pour obtenir plus d’informations.

Faites plusieurs visites du terrain

Dernier conseil : un terrain peut avoir une impression différente selon les conditions météorologiques.

Nous vous recommandons donc de visiter le terrain que vous convoitez à plusieurs reprises et à différents moments de la journée, de la semaine et par différentes conditions météorologiques (soleil, pluie). Cela vous permettra de vous assurer que vos premières impressions restent valables dans des contextes variés. Par exemple, les nuisances sonores peuvent varier selon l’heure ; votre première visite pourrait donner l’impression d’un endroit calme, tandis que la deuxième visite pourrait révéler le contraire.

Vous voilà maintenant pleinement équipé(e) pour trouver le meilleur terrain constructible adapté à vos besoins.

En suivant tous les conseils donnés dans les parties 1 et 2 de notre article, vous ferez un choix éclairé. Pensez à revenir sur ces conseils de temps en temps pour ne rien oublier lors de l’analyse de chaque nouveau terrain que vous repérerez. Bonne chance dans vos recherches et à bientôt pour de nouveaux articles utiles !

Vous aimerez aussi

Marché de la construction en 2024

Le marché de la construction en 2024 en France fait face à des défis économiques significatifs, mais aussi à de…

3 juillet 2024
Comparaison des meilleurs constructeurs de maisons individuelles : La Maison Des Compagnons en détail

Construire une maison individuelle est un projet de vie majeur, probablement l’un des plus importants que vous entreprendrez. Ce projet…

20 juin 2024
Architecture Maison individuelle en 2024 : quelles tendances

Les tendances évoluent très vite, et l’architecture de maison individuelle ne fait pas exception. L’année 2024 offre un éventail d’idées…

21 mai 2024
Notre site web a détecté que vous utilisez un navigateur obsolète, cela peut vous empêcher d'accéder à toutes les informations ce site. Nous vous conseillons d'utiliser un navigateur récent tel que :
Ne plus afficher
Fermer